3 questions à Sébastien le Guen, fondateur de Lonely Circus.

19 octobre 2021
La saison 2021 des Spectacles Itinérants se termine avec Lonely Circus. Rencontre avec son fondateur Sébastien Le Guen. Sébastien a commencé par faire du théâtre avant de se lancer dans le cirque classique à l’âge de 20 ans. Fildefériste, il aime raconter des choses en mouvement. C’est pour cela qu’il a choisi de monter sa propre compagnie Lonely Circus. Pour « donner du sens » à son art, il choisit de mélanger le cirque et le théâtre, ses deux passions. Pour lui, l’austérité du théâtre devient plus légère en équilibre ! Lorsque Liliane Bonvallet veuve de Pierre Bonvallet alias le célèbre clown Punch des années 50, lui lègue des objets de cirque ayant appartenu à son mari, il se lance dans une enquête pour en découvrir plus sur leur histoire…

 

Comment avez-vous rencontré Liliane Bonvallet, épouse de Punch le célèbre clown des années 50 ?

 

Je ne l’ai pas rencontrée directement ! En réalité, j’ai reçu en 2007 un appel du mandataire de Madame Bonvallet qui souhaitait léguer, avant son départ en maison de retraite, des affaires ayant appartenu à son mari, le clown blanc Punch célèbre dans les années 50. Elle souhaitait les donner à un artiste de cirque et son mandataire était un ami de mon oncle. De fil en aiguille, il a donc pris contact avec moi. Je tiens à préciser que cette histoire est bien réelle ! (rires) J’ai donc récupéré les objets de Monsieur Bonvallet avec une injonction de la part de son épouse « en faire quelque chose » et des tas de questions en tête ! Malheureusement, Madame, âgée de 102 ans, est partie un mois après à peine… Et mes questions sont donc restées sans réponse…

 

Du coup, comment avez-vous réussi à « faire quelque chose » de ces objets ?

 

Le fait d’avoir reçu ces objets sans leurs histoires à proprement parler m’a poussé à chercher des réponses et donc à mener ma propre enquête ! J’ai toujours aimé garder les affaires de mon grand-père ou de mon père. Pour moi, elles laissent une trace, elles ont une histoire et tout cela m’a ramené à ma propre histoire et au lien que l’on a avec les objets qui nous appartiennent et ce qu’ils racontent. Pendant un an, à la manière d’un détective, j’ai fait des recherches sur le clown Punch et son acolyte l’Auguste Pedro, de son vrai nom Marcel Chausse. J’ai essayé de retracer leur parcours commun et d’en apprendre plus sur ce duo formé dans les camps en 1940 après avoir été capturés par les Allemands. Aujourd’hui, j’ai envie de partager le résultat de cette enquête avec le reste du monde !

 

Votre spectacle mêle théâtre et cirque, comment arrivez-vous à mélanger ces deux arts ?

 

Pour découvrir L’Enquête, le spectateur pénètre dans une grande tente dont la façade est confectionnée en papier avec  toutes les notes de mes recherches. Avant de transformer ces dernières en pièce de théâtre, je pensais faire une bande-dessinée que j’avais commencé à réaliser, car je suis également dessinateur. Les croquis sont donc présents sur la tente. C’est vraiment un spectacle qui est fait par un artiste circassien : j’utilise mes techniques de fildefériste pour jouer avec l’équilibre tout en respectant un timing précis pour que toute l’enquête puisse se dérouler sous les yeux de l’audience réunie autour des objets du clown Punch (valise de maquillage, une caisse de livres, une boîte de vinyles, etc.). On entre vraiment dans l’intimité de ce dernier et le ballet frénétique que j’exerce permet de rythmer les découvertes que l’on va faire ensemble.

 

Découvrez le spectacle « L’enquête » (1h10 / dès 8 ans) le samedi 20 novembre à la salle de la Glacière pour deux représentation à 17h et à 20h : voir l’évènement sur la programmation.

3 questions à Sébastien le Guen, fondateur de Lonely Circus.