Daniel Margnes nous parle des Escales d’été

20 juin 2018

Découvrez les objectifs et les points forts de l’édition 2018 des Escales d’été à travers 3 questions posées à Daniel Margnes, adjoint à la culture de Mérignac.

Quels sont les objectifs défendus par cette manifestation ?

Il y a 10 ans, lorsque nous avons lancé les Escales, l’idée était de répondre à l’absence de programmation culturelle et festive pendant les vacances d’été. La Municipalité voulait offrir aux Mérignacais la dynamique estivale que l’on peut retrouver dans les villes balnéaires : des moments conviviaux, familiaux et artistiques. Il s’agissait aussi de permettre aux Mérignacais qui ne partaient pas en vacances d’avoir accès à une offre culturelle de qualité.
Les Escales permettent de rythmer l’Eté avec une programmation artistique véritablement emprunte de cette ambiance estivale. Les rendez-vous se déroulent en plein air, dans les parcs et sont bien-entendus gratuits.
La proximité avec la population est un véritable enjeu de ces Escales d’Eté. Au fil des années, nous avons fait le choix d’être présents dans les lieux les plus emblématiques de la ville (le parc du Vivier, le parc de Bourran) mais de décentraliser également le festival dans d’autres quartiers et d’autres lieux. Cette itinérance nous a permis d’aller à la rencontre d’autres publics et de faciliter l’accès à l’ensemble des habitants. Cette démarche s’accompagne chaque année d’une offre de médiation croissante pour permettre un échange durable avec la population.

Concernant cette nouvelle édition 2018, quels en sont, selon vous, les points forts ?

Incontestablement cette année il y a 3 éléments importants.
Tout d’abord l’ouverture qui voit se déployer une forte participation de l’énergie locale, avec la présence des élèves en danse du conservatoire à l’ouverture le 7 juillet dans le parc du Vivier. Après plus de 20h d’ateliers avec la chorégraphe Isabelle Cheveau, ce sont eux qui vont accueillir les spectateurs dans le parc et inaugurer le lancement de cette nouvelle édition.

Le deuxième point fort c’est la « colonie de vacances Mérignacaise ». Durant une semaine une vingtaine d’enfants seront en résidence de création artistique avec le collectif des Sauvages Colorés et participeront ainsi à la veillée festive et musicale du 28 juillet dans le parc de Bourran.

Enfin, le troisième point fort c’est la notion de partenariat qui s’élargit à différents acteurs. Depuis le début nous collaborons avec des partenaires extérieurs tels que les Scènes d’été en Gironde ou encore l’Eté Métropolitain. Néanmoins au niveau local, c’est aussi de concert que nous travaillons avec les Maisons de Quartier qui progressivement s’approprient l’idée qu’il y a un festival d’été à Mérignac.

En tant qu’élu, je suis très satisfait de voir l’évolution des Escales d’été et son inscription sur la ville, en proximité des habitants.

Quel spectacle attire votre attention ?

J’attends particulièrement l’ouverture le 7 juillet. Car l’ouverture donne le « LA » et il y a toujours des pépites tout au long du festival, chacun y trouvera son compte, donner une préférence est toujours difficile mais j’avoue avoir un goût particulier pour la programmation des spectacles musicaux.

Daniel Margnes nous parle des Escales d’été